se connecter

Escape Guide a testé la “Chambre 1408” de Blackout-Room à Nice

20 Avenue Pauliani, 06000 Nice, France

Après une longue marche, nous cherchions une chambre pour la nuit histoire de recharger les batteries. Et c’est dans le Dolphin Hôtel que nous avons décidé de faire escale. Sauf que, ce jour-là, il ne reste plus qu’une seule chambre disponible : La n°1408, inspirée du roman de Stephen King. Et comme le dit si bien l’ouvrage “Certaines chambres sont fermées pour une raison”. Nous avions hâte de découvrir pourquoi...

Un scénario prenant et progressif

Nous arrivons dans l’hôtel, enfin dans l’escape game, enfin l’hôtel de l’escape game. Ça y est on vous a perdu mais rassurez-vous, le maître d’hôtel, lui, sait parfaitement où il nous emmène. En longeant le couloir qui mène à la chambre, on est déjà plongé dans l’ambiance et on a même droit au “Voilà votre chambre !” suivi du claquement de porte qui sonne comme le début de la partie. À peine le temps d’observer notre environnement que nous commençons déjà à percevoir les secrets obscurs de la chambre et c’est tout ce qu’on voulait ! Les fouilles démarrent mais nous devons d’abord régler un détail qui n’en est pas vraiment un : nous n’avons aucun moyen de communiquer avec le game master. Plutôt original pour un début ! On se prend rapidement au jeu, on fouille, on observe et on avance progressivement en classant quelques dossiers macabres et top secret. Petit hic, peut-être un peu trop de lecture mais la chambre 1408 est inspirée d’un roman alors un peu de texte ne fait de mal à personne.

Des énigmes variées et bien pensées

Nous avons été impressionnés par la variété des énigmes présentes dans la pièce. Des jeux de lumière, des images, des sons, tout était réglé comme du papier à musique, ou presque. Car les propriétaires de Blackout-Room sont les maîtres incontestés du changement d’ambiance. Un pas, un geste et nous voilà projetés dans une toute nouvelle perspective. Ah oui ! Les perspectives, ça aussi ils maîtrisent et ils pourraient rapidement changer vos plans.




dsa
das

Des décors en harmonie

Pour ce qui est des décors, on est directement bercé par l’univers de Stephen King ! Les lampes, les meubles, on s’y croirait ! Même si, il faut l’avouer, on s’est demandé où on allait dormir. Mais après tout, on était pas là pour roupiller et les mécanismes, les sons et les effets de la pièce ont fait bien plus que de nous maintenir éveillés ! Nous étions tenus en haleine jusqu’au bout avec des énigmes et des décors qui font monter le jeu en intensité. Nous nous sommes aussi faits quelques frayeurs avec des sons angoissants et un scénario qui devient de plus en plus sombre en avançant dans la partie.




Un game master agréable

Très souriant, le game master nous a accueilli dans la bonne humeur avec des verres d’eau fraîche et des bonbons, c’était vraiment appréciable ! et, qu’on se le dise, ça nous a donné du courage avant de rentrer dans la chambre. Il est intervenu aux bons moments sans trop en dévoiler, ce qui nous a permis d’avancer sans être frustré ! Merci Bruce ! 


Une immersion réussie

Du début à la fin, on est complètement plongé dans l’ambiance de la chambre 1408. L’atmosphère, les jeux d’ambiance, les indices, tout est fait pour ne pas perdre le fil et nous maintenir dans le suspens. Cerise sur le gâteau, le fait que le… Non en fait on préfère ne rien dire, ce sera à vous de le découvrir !